vendredi , avril 19 2019
ardeenfr
Breaking News
Home / Dernières Nouvelles / ?Yasser Arman, « Vice-président du Mouvement populaire de libération du Soudan dans son dialogue avec le Centre des médias du Mouvement pour la justice et l’égalité:

?Yasser Arman, « Vice-président du Mouvement populaire de libération du Soudan dans son dialogue avec le Centre des médias du Mouvement pour la justice et l’égalité:

• Nous maintenons nos armes et maintenons la lutte armée comme l’un des outils du changement et travaillons avec une aile politique et une aile militaire.
• Le Congrès national est la plus grande force armée du Soudan.
• Nous appelons à l’unification des forces de l’opposition et les mouvements de la marge de faire un nouvel horizon pour les forces marginalisées au Soudan
• Nous resterons dans la tranchée de notre peuple et ne le trahirons jamais
• Nous avons convenu de tenir une conférence pour toutes les forces du changement au Soudan à la Chambre du Parti Umma, qui comprend tous les groupes d’opposition et les plates-formes.
• La nécessité de trouver une formule pour une action conjointe entre les jeunes et les femmes dans les plates-formes de l’opposition officielle.
• L’opposition a besoin de nouveaux sacrifices.
• L’opposition doit s’unir dans une seule plate-forme ou se coordonner les uns avec les autres
Dans son dialogue avec le Centre des médias du Mouvement Justice et Egalité, Yassir Arman, vice-président du Mouvement de Libération du Peuple Soudanais (SPLM), a révélé que la réunion du Conseil de Direction de l’Appel du Soudan à Paris a fait des progrès importants en ce qui concerne l’unification de l’opposition soudanaise.
Arman a insisté pour que l’atmosphère des réunions était amical, franche et transparente, ajoutant à l’évaluation des expériences passées, en notant que toutes les parties ont appris la leçon, se faisant des concessions mutuelles comme une meilleure opposition au système.

Le chef adjoint du SPLM a déclaré que les forces de l’appel du Soudan étaient désireuses de parvenir à une formule pour atteindre et renforcer l’unité de l’appel du Soudan.
Arman a ajouté qu’il existe des variables nationales, à savoir le grand développement public, qui mérite d’être compris par un mécanisme efficace à propos le bénéfice des variables des systèmes nationales et internationales représentées par l’intérêt de l’Europe pour les problèmes d’immigration, et l’intérêt des Etats-Unis pour le terrorisme et la stabilité. Ainsi c’a a permis au régime d’acquérir de nouvelles bases en l’absence d’opposition.
Le vice-président du SPLM a confirmé l’accord de toutes les parties soudanaises du Soudan sur une commande, un programme spécifique et des dispositifs de relais et de mettre en œuvre les leçons du passé insistant que la réunion de Paris constitue un pas en avant mérite l’approbation et la corroboration.
D’autre part, « Arman » a révélé la nécessité de réaliser et de renforcer l’unité des forces de l’opposition, insistant sur l’inévitabilité d’avancer vers la coalition des forces du consensus national, des groupes de jeunes et de femmes, des terres et des barrages, en plus des qui ont des problèmes vitaux. Par exemple, le massacre de Port Soudan, les problèmes fonciers nubiens et le projet de l’île qui les appelle à s’unir, et tous ceux qui sont touchés par le régime.
Arman a appelé tous ceux qui ont ces problèmes à s’unir et toutes les personnes touchées par le système. Il a révélé une excellente invitation convenue lors de cette réunion, qui est une conférence pour toutes les forces du changement à la Maison du Soudan du Parti d’ Umma, qui comprend tous les groupes d’opposition et les plates-formes.
Où ils sont l’unification  dans la plate-forme l’un ou l’établissement d’un centre unifié d’opposition à la coordination entre les partis de l’opposition et introduit de nouvelles forces sociales qui vivent dans une société civile, inexistante dans l’opposition tels que les médecins, les avocats, les femmes, les jeunes. Ces forces doivent faire partie de l’opposition parce qu’il est devenu inactif et nous voulons sortir de cette impasse et déplacer l’opposition vers unis et l’action commune sur un programme minimum. Donc, nous sommes heureux avec ce qui a été fait et ce qui est important de le renforcer et nous devons aller de l’avant.
Arman a souligné que ce qui était écrit dans la déclaration finale de l’appel du Soudan sera une réalité pratique. C’est la première fois que nous avons l’adresse d’un président de notre secrétaire général et nous avons un accord qu’une personne spécifique travaillera à l’intérieur.
Yasser Arman  a ajouté: Nous avons écrit des lettres aux chefs de plus de 8 pays et nous avons pris une position claire sur la feuille de route. « Nous ne pouvons pas absorber le dialogue de Al wathba, ou dans ses résultats « , a-t-il dit, « nous sommes plus que nous ne pouvons saisir dans le dialogue d’al-Wathba, mais nous traiterons avec la communauté internationale. Nous avons résolu le dialogue Wathba et trouvé une reconnaissance régionale et internationale. Maintenant nous demandons des conditions pour la création de l’atmosphère. Donc, Si le régime veut résoudre la crise politique, il doit d’abord le reconnaître et arrêter la guerre au Darfour, aux montagnes de Nouba, au Nil Bleu et aux d’autres régions. Il doit aussi fournir des libertés et libérer les prisonniers politiques. Il a dit: Nous avons porté la responsabilité de l’UA. Pour cela, on utilisons donc les résolutions du Conseil de sécurité et la paix pour l’Afrique 456 et 539 comme un instrument de pression sur le système et comme un outil pour le développement du processus politique plutôt que de se rendre ou la soi-disant terre douce. Nous sommes une forte montée et chute selon les intérêts du peuple Soudanais et leur désir de changement, de paix, de la nourriture, de la justice démocratie et du citoyenneté sans discrimination.
Concernant les réactions à l’appel final du Soudan, Arman a révélé que le régime lui-même et pendant de nombreuses années ne pouvait pas nous désarmer il y a des partis qui travaillent pacifiquement et le président que nous choisissons est le chef d’un parti non armé. Et le Salami travaille pour exporter des accusations à certaines forces politiques qu’ils ont rencontrées pour discuter de l’action militaire.
L’action militaire a des plates-formes et a des institutions, des organismes et des fonctionnaires et il n’est pas discuté dans les hôtels. Nous maintenons nos armes et maintenons la lutte armée comme l’un des outils. C’est un processus qui n’est pas discuté dans les médias. L’arme existe au sol et Paris ne dépouille pas Les Compagnons. Ils ne devraient pas être découragés parce que les dirigeants qui ont raté n’ont aucun doute qu’ils appartiennent à l’action armée.
Ils ne devraient pas être désolés parce que les dirigeants qui ont signé n’étaient pas soupçonnés d’appartenir à l’action armée et ceux qui font les rumeurs, la plupart d’entre eux n’ont pas participé à l’action armée.
Chacun devrait faire son travail. Nous travaillons avec une aile politique et une aile militaire, que nous avons suivies en traitant avec le Front révolutionnaire, qui traitait avec des organismes internationaux. Nous ne voulions pas le considérer comme une action armée encourageante et un nombre estimé de puissances signataires continueraient à mener des actions armées, mais cela n’est pas discuté dans l’appel du Soudan.
Le travail armé est ses secteurs resteront jusqu’à ce que nous atteignons une solution pacifique et jusqu’à ce que nous désarmons le Congrès national, parce que le Congrès national est le plus grand détenteur de l’arme et son plus grand entrepôt. Il est la plus grande force armée maintenant au Soudan. L’ensemble du secteur de la sécurité comprend les forces armées, la police et les milices appartenant au Congrès national. Si nous voulons parvenir à une équation équilibrée fondée sur la citoyenneté, cette équation ne sera pas réalisée seulement par la restructuration de l’État soudanais, y compris le secteur de la sécurité. En ce qui concerne les forces de la jeunesse, Arman a insisté que les jeunes doivent s’asseoir dans l’opposition ou dans la vie publique. Cela exige qu’ils n’entrent pas en hostilité avec les plates-formes officielles de l’opposition et les forces politiques. Nous travaillons tous pour un seul but et il y a des contradictions secondaires entre les générations, mais ce n’est pas le problème principal puisque les jeunes et les personnes âgées apprennent les uns des autres.
L’adjoint du mouvement a insisté sur le besoin de l’existence des jeunes et des femmes pour la nécessité de créer ces deux catégories de formules de travail dans les cadres d’opposition, ou de faire  coordination efficace avec eux et de traiter avec les plates-formes et le soutien des jeunes, parce que l’avenir pour eux et le changement n’aura pas lieu sans eux. Ce sont des forces majeures touchées par le chômage, le ciblage et le harcèlement du régime.
Arman a insisté que les manifestations n’ont pas échoué. La révolution est un acte cumulatif et l’opposition ses erreurs. Donc, Il doit avoir la capacité de revoir. Le peuple Soudanais depuis 29 ans a fait de grands sacrifices dans la campagne et la ville et n’a pas et ne veut pas succomber au système de sauvetage et va développer le processus politique. Le système de sauvetage n’a pas d’avenir et ne continuera pas, que Omar al-Bashir veuille se choisir en 2020 ou ne veut pas.
L’avenir est pour le peuple soudanais, pour le changement, pour la jeunesse, pour des femme, et pour les forces vives et nouvelles au Soudan.
A la fin de la réunion a remercié « Arman » Mouvement pour la justice et l’égalité et de ses médias d’accueil appréciant la contribution du mouvement à la lutte et aux sacrifices a culminé dans le martyre de son chef d. « Khalil Ibrahim » Ce qu’il connaissait si près. Arman a appelé à un effort conjoint pour unir les mouvements marginaux.
Et la construction d’un nouvel horizon pour les forces des personnes marginalisées au Soudan, en particulier les femmes et a expliqué que la marginalisation ne sont pas ethniques, mais aussi social, culturel, politique et appelant le genre liées à la critique de l’expérience des mouvements en général, comme le mouvement populaire dans la persévérance pour renouveler la vision et de l’organisation pour développer nos expériences passées et créer un changement de masse en direct au Soudan.
Le chef adjoint du Mouvement de libération du peuple soudanais (SPLM) a conclu en transmettant un message au peuple soudanais dans lequel il affirmait sa confiance en ses capacités: «Nous faisons des erreurs et nous montons et descendons, mais nos intentions sont toujours avec notre peuple et nous ne trahirons jamais notre peuple. Jugez, mais les points et l’accumulation de l’action politique mèneront éventuellement à un changement qui n’est pas impossible.

 

Print Friendly, PDF & Email

About laalaa

Check Also

Darwich / Marsel  … le mélange de parfum des météors Un sentiment fort Donné pour nous

Share this on WhatsApp ••• Lana Mahdi ••• lanamahdi.news@gmail.com ••• Quand Mahmoud Darwish a écrit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *